Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Dans ce bled semi-aride, à la sebkha de zima, l'oiseau, vient admirer le paysage et vivre la tranquilité que lui offrent ces saisons pluvieuses de chemaia.
Quelle tranquilité!! se dit le flamant rose...
*******
***
*



tel un dromadaire

joyeux et solitaire
tel un martinet
léger et fasciné
par les hauteurs
les profondeurs
et que d'amour!!!
l'amour est art
l'art est folie
0670676977/0664118205
 


raffraichissez vous !! ;-)



Recherche

Archives

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 03:56

Amoureux et combattant (3)

 

Les jours passaient et les narines de Abdou ne se sont reposées de leurs mouvements périodiques…Et puis , un soir, Abdou est rentré tôt à la maison , trop tôt peut-être!? . Il était à la cuisine, il buvait son thé refroidi avec une miette de pain, quand il entendit la serrure  et la voix de son père : Fattouma…Fattouma!!... WA FATTOUMA!! (oh Toi Fattouma!?)

Le souffle de Abdou s'accentua, les mouvements des narines prennent de l'ampleur, sa poitrine ne contenait plus son cœur…il allait sauter le cœur à l'extérieur!... Abdou se retient mais n'a pu s'empêcher de dérober un regard à son ennemi maternel…Il tendit discrètement le cou en concentrant le regard vers la source de cette voix!...et…

Le souffle se coupa, le regard se fixa, le cœur s'accéléra et les yeux dans le sang…

 " Chanson Bensoussan", l'ennemi de la patrie, celui qui porte l'uniforme est à la maison. Abdou a dû s' essuyer les yeux plusieurs fois pour s'assurer.

  " يا الحفّارين لقْبورب لمهلْ يالرفّادين النّعْشْ باثمانية هذا اشباب اصغير ما اشبعْ في الدّنْيا"

    Ô creuseur de tombes! َ Allez-y en douceur…Ô  les huit transporteurs ! D'un jeunot , il s'agit, de la vie n'est satisfait "

 le père… idole enfoui… ennemi maternel…porte l'uniforme!!ِMais c'est bien cela,

ramenons les choses à leurs fins, notre ami Abdou va-t-il combattre ou plier le drapeau!? Va-t-il déterrer la hache ou fumer le calumet de la paix !?

c'est bien difficile de prévoir dans le cas de notre Abdou…Il s'est glissé à l'extérieur, laissant son gouter devenu bien amer…Il n'a pas cherché à rejoindre les potes…Il a laissé à ses pas de les conduire

"لا اسْماحة للّرجليّا يلاوحو فيّا"

Abdou s'est retrouvé au-delà de la caserne un peu vers la fin des arbres de la route de Chemaia vers Chichawa et Agadir…il disposait d'assez de temps, c'était les vacances. Qu'est ce qui s'est passé durant ces heures interminables qu'il a passé à côtoyer cette ligne double d'arbres …a-t-il pleuré! S'est il explosé en criant au haut de sa voix!? Ou simplement, il a su concentrer sa détresse pour revenir bien décidé à la bataille contre l'ennemi double et de la mère et de la patrie!!

 

                                       A suivre...

                     zaki

                         chemaia

                          21/04/2010

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires