Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog



Dans ce bled semi-aride, à la sebkha de zima, l'oiseau, vient admirer le paysage et vivre la tranquilité que lui offrent ces saisons pluvieuses de chemaia.
Quelle tranquilité!! se dit le flamant rose...
*******
***
*



tel un dromadaire

joyeux et solitaire
tel un martinet
léger et fasciné
par les hauteurs
les profondeurs
et que d'amour!!!
l'amour est art
l'art est folie
0670676977/0664118205
 


raffraichissez vous !! ;-)



Recherche

Archives

8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 23:44

كالتها الصدعة للوتار

تضرب الصدعة لوتار اعلى مصرانو

 .

ينين المسكين ويزيد ف تحنانو
يعيط عيطة وعيوط ويكول اعلى حالو
تتنيطع الطعريجة وتدير ابحالو
عشقها في المصران وف موّالو
تتودد ليه تّبعو وما تصير ديالو
عشقها ف البندير وآش ايدير
احبيبها ومن جلدها، راه ربي اكبير

ايلا ازهات الكلسة واجمعهم الود

وزادتهم الخاوة و لمحبةديال العود والجلد
تفرح الدويرية
وتزهى النصيرية
وترجع الحاجة ادريرية
والرادوني العمالة اكواتني وزادت ما بيّا

مع تحياتي لاوليدات وابنيات العيطة

الشماعية 07/11/2012

 

جمال عابدين الزرهوني
كلامك زين ...وحروفو باينة ....هزتي الخط بصدعة ضاوية ...تتنطع على المصران بموسيقى زاهية ...أنا الوتار ...والوتار أنايا ...ذات وحدة نطلب من العالي يكمل رجايا .....وتحلى الجلسة مع موحا الزاكي والناس اللي حدايا ...تحية خالصة .
Repost 0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 22:28




Lors d'un petit voyage de Chemaia
vers le nord du Maroc
(14 au 16 avril)

 

IMGP7987.JPG


IMGP7993.JPG


 

IMGP8006.JPG


IMGP8038


 

IMGP8041.JPG

 


IMGP8054.JPG


 

IMGP8057.JPG


 

IMGP8079.JPG


 

IMGP8107.JPG


 

IMGP8145.JPG


Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:28

 

Des mots, recueillis de ci et là entre les couleurs vives et profndes des fleurs de l'atlas, de  la pureté du ruisseau serpentant au clair de lune et du patrimoine enfoui dans les murs de l'école chemaia bien reposante et delaissée dans le fond même de la poitrine de Chemaia... des significations, qui émanent d'un coeur  qui a la couleur, le fond même de la beauté...et la forme de l'omega...

 

Naima1.jpg

 

Naima2.jpgNaima,

                                          mère des martyrs

 

De la source à l’océan
en passant par le cœur du papillon,
l’eau a soif.
Elle coule dans le sens de la flamme.
Le papillon, vibre, chante, plane, mais il n’a pas soif.

Taroudant, creuse ta voie, étale tes pétales,
les pieds de Naima foulent ta terre natale.

Vole Ô papillon-abysse.
Donne ta main et prend mes cheveux narcisses.
Drabla ma cousine,
je suis Naima, ta voisine.
Souffle ta sève dans mon tronc,
je cache tes papillons sous mon front.
Je suis un arbre des Mâachates,
coule ton jasmin et ranime mes chatahates
mon enfant est ma flamme
Allahib, allahab.
elle monte, monte ma flamme-lahab.
Elle purifie mon âme.
Elle brule mes cheveux,

 

je suis une flamme chauve.
Elle brule mes yeux,
je vois mieux qu’avant.
Je ne sens rien.
Je suis la flamme.
Mon enfant c’est mon papillon.
Viens ALHALLAJ nous attend.
La porte s’ouvre, il me prend la main,
et me dit : tu es ma sœur Naima.
Ta force-flamme ressource mes yeux.
Je sens ta douleur, ta passion,
ton tissage poétique m’enivre.
Ta douleur est ta force.
Ton poème est un arbre.
Tu es cet arbre, Naima.
Vole, plane, trace ta voie de soie dans le ciel-azur.
Tes papillons et les miens te suivront doucement.
Et lentement, tu descends et tu te reposes,
sur les cimes de Toubkal…

A ma sœur Naima.
 Chemaia, le dimanche1/1/2012
à 5h du matin


 

 

 

 

 

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 15:22

تساؤلات حول كلمة ومعنى
الشماعية

الشماعية أوالشماعلية أو القصبة الإسماعيلية، أو ما يقاربه تفكير كل مهتم بهذه البلدة ،أو ما يعتقدأنه الأقرب لحملها اسم " الشماعية"...فلمن يعرف هذه القرية، يتذكر شجرات الزيتون"الذكر" أو "الجبّوجات" قرب دار "أنانا" التي كانت تقابل كوري الخيل الذي كان بدوره يحاد الخيرية لقديمة أو "دار الأمراء" كما يسميها الناس بالشماعية. تلكم " الجبوجات" الثلاث ،كان يطلق عليها اسم "السمعليات"وكانت تظل الطريق بين الكوري ودار أنانا(وهو رئيس للمخازنية بالبيرو في الشماعية في أواخر الستينات وبداية السبعينيات.عندما كنا نخرج من الخيرية القديمة أو دار الأمراءحيث الباب يتجه شمالا يقابله باب دار أنانا الأحمر بدفتيه الكبيرتين وبينهما الباب الكبير لكوري الخيل، ذو الدفتين العريضتين الذي يستقبل القبلة في اتجاه باب دار الحنصالي وبابها ذو الدفتين المتجه نحو الجنوب الغربي. بين دار الحنصالي والخيرية في اتجاه الجنوب الشرقي توجد الحديقة التي كانت أشجارها الفارعة تجلب الناظرين.والتي كانت تسقى من بير "الفرفارة" الدي كان يوجد في آخر الطريق بين الكوري ودار أنانا في اتجاه الجنوب على مقربة من دار عبد الرحمان" الجغل" ودار خالي علال الشماع. وخلف الخيرية من الجهة الجنوبية، كان "مول الزيتونة" ومن لايعرف مول الزيتونة من الساكنة القديمة للشماعية والجوار؟ عرفه هؤلاء وآباؤهم الذين عايشوا الاسنعمار كسجن بغيض للاستعمار الذي جعل من دار الأمراء مقرا لاستخباراته في المنطقة.حيث لاتزال الكتابة على الحائط أعلى باب دار الأمراء واضحة تشير ألى مكتب الاستعلامات لقبائل أحمر   "bureau de renseignement des tribus des Ahmar"

ومول الزيتونة نسبة للزيتونة"الجبوجة"الرابعة في الجوار إضافة للسمعليات الثلاث.بابه الأحمر  يتجه غربا في اتجاه الطريق المؤدية لسوق الصالحين "خميس زيمة"حيث آثار المسجد الكبير للال زينب تلك المرأة الجميلة الثرية التي كانت إبلها تحيط ببحيرة زيما. وكانت تمون صنهاجة وركراكة وبني دغوغ. وكان مسجدها يستقبل أولياء الله الذين يمضون ليلة الأربعاء صباح الخميس في العلم والتعبد. ومن هنا جائت عبارة سوق الصالحين الذي كان يطلق على خميس زيما وعلى الأربعاء لحريشة لاولاد معاش.

نعود للحديث عن دار الأمراء، التي استغلها الفرنسيون كمكتب للاستعلامات لقبائل أحمر والتي كان الملوك العلويون يرسلون أبناءهم للدراسة بها وتعلم الرماية وركوب الخيل والتي استغلت بعد كل هذا في إيواء الأطفال للدراسة.نلاحظ ارتباط هذه البناية المميزة بالتربية وإعادة التربية.وإذ نتساءل عن اسم الشماعية ومصدره هل هو السمعلية ونطقها من طرف بعض ساكنة آسفي بالشمعلية التي تحولت إلى الشماعية أو نسبة لساكنتها من أهل الشماع صانعوا الشمع.أو قد تكون قد حملت اسمها الشماعية قبل مجيئ ساكانها الحاليين .ويأخدني تقارب البناية والاسم والتربية للمدرسة الشماعية بتونس العاصمة التي بناها الموحدون قبلا عن سكانها الحاليين الذي استقدمول لها في عهد المولى عبد الرحمان بن هشام حيث تم ترحيل سكانها "بنو عامر" إلى نواحي مكناس.ونتساءل عمن يكون بنو عامر هؤلاء؟ هل هم من صنهاجة؟ من مصمودة ؟ من بني دغوغ أو هم من ركراكة؟حتى لا نطيل في الحذيث نترك هذه الصفحات تتكلم عن الدراسة الحذيثة في الشماعية ومدرسة البنات ومدرسة البنين والإشارة إلى الثكنة العسكرية التي كانت تودجد أمام قشلة الكوم عجنوب الطريق المؤدية إلى شيشاوةوالتي قد ينطبق وصفها على القصبة الإسماعيليةالتي ، وبموقعها ذاك تكون محادية للطريق السلطاني الذي يمر خلف القشلة في اتجاه مراكش

.

img195

img198.jpg

 

img197.jpg

 

وهذه لائحة بأسماء لبعض الأساتذة الذين درسوا بالمدرسة المختلطة بالشماعية وجدها الأخ سعيد اوكروم ضمن أرشيف المؤسسة

img194

 

 

 

الشماعية يومه 26/06/2011

 

 

Repost 0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:07

Lalla zima  ou lalla Zineb

بين المعلوم والمعتقد،بين حديث العامة ومحاولة بعض القارئين، بين الذاكرة الشعبية ومحاولة تصفيتها وفقا لما يعتقده "المثقف"،بين...وبين

هناك الأسطورة في التاريخ وهناك التاريخ في الأسطورة...فإذا كان الناس يكرمون لالّ زيمة ويتبركون منها...فلا شك أن هناك معتقد ما صاحب الذاكرة الشعبية وتراكمت حوله أقوال وزيادات...وإذا حاولنا أن نرفضه جملة وتفصيلا، فقد نرمي بشيئ ثمين ونحن لانعلم"الغالي بعتو ارخيص انويتو بالي"...فالذاكرة الشعبية تتحدث عن امرأة صالحة وجميلة، كانت لها تجارة وافرة تمول منها حملات قبائل صنهاجة وركراكة وبني اضغوغ...والحفريات لمن يريد أن يهتم أكثر تشير إلى آثاربناء عظيم قبلة نخلة زيمة أو نخلة زينب، وهي آثار المسجد الذي بنته تلك المرأة الصالحة التي جاورها في وقت من الأوقات الحاج التهامي الأوبيري.فمن تكون لال زينب تلك؟

 

IMGP7653.JPG

 

img156.jpg

zim2.jpg

 

IMGP7664.JPG

زيمة للحاج امحمد صبلا

 

أنا زيمة أرض هابطة في قبيلة حمرية

ستمائة هكتار ملكية ليّا

قبْلتي مدينة الشماعية تشوف فيّا

غروبي سيد الحاج التّامي والزاوية البوسونيّة

شمالي الخنوفة وسيدي دحمان وبالكيحل المقابلليّا

جنوبي سيدي حمر لخدود وحْمارة الحمرية

لمطار تصب في لقبايل ، الويدان تجيب ليّا

حاملة معاها ملوحة من الويدان الجنوبية

ملحتي ،مخزونة أصلاً في اعماق الأرضيّا

تبخار حواضي اسريع اعلى احواض الوليدية

او تمواج مايا مسهلْ المامورية

خدمو فيا ازمان لعبيد المشرية

جبدو ملحتي بنفيخ لڴرب المعزية

كانت ملحتي قديمتمشي لزواوي مجانية

نقلو ملحتي ازمان الجمال لعشارية

واليوم زيمة زودوك بآلات عصرية

تاريخك اقديم زاهي سولو السرسار اعليا

هاذ الراجل اشريف ادزيري تصرف اكثير فيا

اعبر الملحة واللويز في احكام الرومية

جا من اجبل صرصربكلمة اڴلاوية

اسميتو في درب البهجة واحمايا مريكانية

اعلاش ازيمة قسموك و ورثو فيك اولاد النصرانية

واتكوني ملك لجماعة الشماعية

راني لعبت دور اعظيم في لمعامل السمكية

في ازمان الملحة يا لخوان في مثل العملة العالمية

سمعت زيمة ملح آخرها قمح في علم الجفرية

كالوا زمان زيمة ابرا مجلية

جابوها من الشرق سبعة رجال أوليا

سيدي واسمن واصحابو من أصول رڴراڴية

اتكلمي يا زيم وڴولي ليا

منين جاتك هذ السمية

واش من واد زم الجمالة جابوها ليا

اولا من بير زمزم في ابلاد الأنبية

أولا إغريقية ولاّ أمازيغية

ابحث اعليها لقيتها لغة عربية

جات من تزمزم من القواميس العربية

عرفوني ازمان الطيور اقبل البشرية

حيرني اربيعك ونواعو ما شفتو في أرضية

اهواك مع لبكار واغروب شمشك الذهبية

والله يا ناس كون الود ودي نردّكْ محمية

ونحاكم لعقول المعمية

اللي جابوا لواد الحار لهذ الأرضية

نغرس اشجار ونحمي الطيور المائية

نعمل حمّامات لبعض الأمراض الجلدية

ونربّي القشريات في لحواض المائية

 


الحاج امحمد صبلا

 

 

 

 

 

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 19:03

 

 

DSCN0074.JPG

 

 

DSCN0077.JPG

 

DSCN0062.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 03:22

 

توب يا ﮜلبي توب

 

 

في الحرث، الزّوزْ يتشاتف

الخط يترادف

والحرّاث تالف

مالْ الشثى ما صابّة

 

ﮜالها الرّبيّبْ

الناس تزرع في الارض

وهو للسّما يسيّبْ

ابغى يدير للطير انصيّبْ

واش هذا اعْدو ولاّاحبيّبْ

ولاّ عقلو اللّي غيّبْ

 

الناس تكيّلْ العلف للضروبة

وهو يكيّلْ لهوى بالخرّوبة

يفصّلْ الزناقي ويخيّط الدروبة

مالها ما خرجت بنت المزغوبة ؟

 

ردْ بالك يا لمسرفقْ

راه: إيخْ و بّيخْ*

طلّيخْ جلّيخْ

إنّ الحماق سبقْ

 

وسدْ فمّك راه الموت تتسارى

ما عزْلت شيبانيّين ما خلاّت اعزارى

وما كاين اعليها فين تتوارى

 

وتوب ياﮜلبي توب

اقبل ما يرجع اعليك لحجر والطوب

ويخسر ميزانك يا المﮛلوب

راه منها ما كاين اهروب

 

والله يرحم الشهدا اللولين

 

   كلمات سمعت إيخبيخ يشدوها من داخل سجن مول الزيتونة بالشماعية بينما كنا نزور النبيكة أحد أصدقاء * الطفولة بالخيرية الإسلامية بالشماعية وقد سجن لعراكه مع أحد أعوان السلطة في بداية السبعينات...إيخوبيخ هذا دخل إلى ذاكرة الشماعية الخاصة لتعاطف شبابها مع رجل التعليم هذا الذي فقد توازن عقله فغادر جمعة اسحيم ليصل به المطاف إلى الشماعية؛ وقد سجن في مول الزيتونة حيث كنا نستمع إلى شداه يغني حزنه ومصابه ...لم أسمع أنينا  يغنيه صاحبه كما سمعت إيخبيخ يفعل  

 الشماعية

17/10/2010

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 15:26

L'enfant , la poule et le truand

En revenat de Safi vers Chemaia, un peu vers tlet bouguedra,j'ai assisté à la poursuite d'un enfant par Mr leur voisin. la poursuite se faisait de chez le Mr vers la maison de l'enfant...cela a évoqué chez moi des souvenirs de l'enfance.qu'est-ce qui a pu se passer entre le monsieur et l'enfant!?

 

En revenant de la moisson

Les poules et leurs caquetements

 Provoquaient les soupçons

 

Mr Bouazza, se dirigea vers la basse-cour

Il y est un autre qui a fait le détour

 

S'agit-il d'un chien batard,

S'agit-il d'un renard,

Ou, ce n'est qu'un connard!?

 

Bouazza, s'approcha avec soin

Inspecta la basse-cour de loin

Un enfant, bien courbé dans un coin

C'est le "connard" des voisins!?

 

L'enfant, tenait une poule avec les ailes

Leur sexe,se battaient en harmonie mutuelle

 

A chaque battement,

correspondait un caquetement

 

Les caquetements s'intensifient,

Bouazza fut son entrée et le stupèfie

 

L'enfant, s'envola en courant

S'explosa, en criant

Il est pourchassé par un truand!

 

L'enfant, s'engouffra chez sa maman

Bouazza le voisin, stoppa son élan

 

La maman jaillit avec sa criniére virvevoltante

L'âme de protection bienveillante

Bouazza, yeux clignotant et bouche ouverte

s'est rédiculisé et s'est fait tout bête

 

Que faisais-tu mon enfant!?

 

Je m'amusais avec la poule!

 

Et puis...

Ce n'était aussi cruel

Il ne s'agissait que d'un besoin charnel...

 

                                                           Zaki

                                                          Chemaia

                                                          20/05/2010

 

 

 

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 21:24

 

Amoureux et combattant

 

 

Les signes d'intelligences étaient précoces chez mon ami Abdou. Aussi la turbulence était bien là…et bien d'autres choses …

A l'amour de la mère, s'ajoute celui de la patrie pour que ca génère le droit de combattre l'ennemi…l'ennemi qu'il faut identifier, observer, poursuivre et choisir le lieu et le moment opportun pour frapper à coup sûr et avec les moyens de bord.

Ainsi notre ami Abdou aimait sa mam à ne pas tolérer le moindre sous-estime à sa personne ou même jouer sur les lettres de son prénom, Fatima c'est Fatima et non Fattouma comme son père se plaisait à l'appeler.  

A chaque fois que c'était le cas, notre enfant, se faisait crisper les lèvres, concentrer le regard vers le néant et rythmer le souffle en l'accompagnant avec des mouvements périodiques des narines…ce qui caractérisait un fond en ébullition.une scène qui se répétait…

Que pouvait faire un enfant pour venger sa bien aimée et sacrée mam!? Que pourrait-il faire dans une société où le châtiment variable incontournable dans l'éducation des enfants!? Le père ne disait-il pas au Fquih  "maître de l'école coranique ou Msid"

  " انت ادبح وأنا نسلخ "  "Egorge mon enfant et moi je le dépouille";

Ce qui signifiait qu’il ne fallait en aucun cas être tolérant dans l'éducation des enfants. A cela s'ajoutait le fait que: "le bâton émane du paradis, et que celui qui le goute , au droit chemin se mit "

  "لعصى جايّة من الجنّة، واللّي كلّها يتهنّى"

La question est que devient ce bâton dans les mains d'un éducateur ignorant!?

 

Bref, fond en ébullition mais bâton trop grand…L'amour de la maman ne suffisait pas à Abdou pour qu'il se mette à l'action…

 Ainsi, à l'amour de la maman, s'ajoute l'amour de la patrie en sa dimension locale, soit son bled Chemaia, " Ah ya chemaia lahbiba" : Ô Chemaia bien aimée!!

   

 Les occupants d'une nation portent des uniformes militaires!...ils portent toujours ça .ils sont pareils même si leurs uniformes sont différents. C'est logique pour un esprit logique tel celui de l'enfant qui était notre enfant Abdou.

Et…dans sa patrie Chemaia…pourtant bien calme et pacifique, Abdou se rend compte de la présence des uniformes militaires…l'ennemi gutte la patrie!?

d'où viennent –ils!?    -

- qui sont-ils!?

   Alors ,Abdou passe à la filature, chose qui n'était le moins difficile pour le petit enfant qui était Abdou.ils sortent et rentrent à la caserne juste à la périphérie de la patrie locale Chemaia. Ils sont nombreux et ils parlent arabe et berbère…

L'esprit à Abdou est confus, il se met en ébullition. Que de questions restaient sans réponses! Mais une seule le préoccupait: Que faut il faire pour les empêcher de s'en prendre à la patrie!?...

Tous les trucs appris dans les dessins animés sont là. Mais à qui va-t-il se prendre!? …ils sont nombreux et bien forts pour les combattre corps à corps. Faut-il les attirer dans des pièges puis les exécuter comme faisait Aicha Kandicha

عايشة قنديشة"

  .Ainsi il faut les guetter, les poursuivre, les observer et le moment opportun passer à l'action…

Abdou est déchiré entre l'amour de la mère et celui de la patrie toutes les deux bien aimées. Ah…si Allah le tout puissant voulait l'aider à venger ses deux bien aimées ! ...

Abdou s'est rendu compte que son père n'était jamais là quand il se réveille le matin et le soir quand il revient de chez les potes, son père était bien à la maison. Le père était matinal, il fait sa prière de l'aube, prend son petit déjeuner et s'en va au boulot avant même que Abdou ne soit réveillé.

 

Les jours passaient et les narines de Abdou ne se sont reposées de leurs mouvements périodiques…Et puis , un soir, Abdou est rentré tôt à la maison , trop tôt peut-être!? . Il était à la cuisine, il buvait son thé refroidi avec une miette de pain, quand il entendit la serrure  et la voix de son père : Fattouma…Fattouma!!... WA FATTOUMA!! (oh Toi Fattouma!?)

Le souffle de Abdou s'accentua, les mouvements des narines prennent de l'ampleur, sa poitrine ne contenait plus son cœur…il allait sauter le cœur à l'extérieur!... Abdou se retient mais n'a pu s'empêcher de dérober un regard à son ennemi maternel…Il tendit discrètement le cou en concentrant le regard vers la source de cette voix!...et…

Le souffle se coupa, le regard se fixa, le cœur s'accéléra et les yeux dans le sang…

  " يا الحفّارين لقْبورب لمهلْ يالرفّادين النّعْشْ باثمانية هذا اشباب اصغير ما اشبعْ في الدّنْيا"

    Ô creuseur de tombes! َ Allez-y en douceur…Ô  les huit transporteurs ! D'un jeunot , il s'agit, de la vie n'est encore satisfait " Chanson Bensoussan", l'ennemi de la patrie, celui qui porte l'uniforme est à la maison. Abdou a dû s' essuyer les yeux plusieurs fois pour s'assurer.

 le père… idole enfoui… ennemi maternel…porte l'uniforme!!ِMais c'est bien cela,

ramenons les choses à leurs fins, notre ami Abdou va-t-il combattre ou plier le drapeau!? Va-t-il déterrer la hache ou fumer le calumet de la paix !?

c'est bien difficile de prévoir dans le cas de notre Abdou…Il s'est glissé à l'extérieur, laissant son gouter devenu bien amer…Il n'a pas cherché à rejoindre les potes…Il a laissé à ses pas de les conduire

"لا اسْماحة للّرجليّا يلاوحو فيّا"

Abdou s'est retrouvé au-delà de la caserne un peu vers la fin des arbres de la route de Chemaia vers Chichawa et Agadir…il disposait d'assez de temps, c'était les vacances. Qu'est ce qui s'est passé durant ces heures interminables qu'il a passé à côtoyer cette ligne double d'arbres …a-t-il pleuré! S'est il explosé en criant au haut de sa voix!? Ou simplement, il a su concentrer sa détresse pour revenir bien décidé à la bataille contre l'ennemi double et de la mère et de la patrie!!

Il est clair, Claire, que notre ami Abdou a opté pour le combat. Un peu de baroud (explosif dont on se sert à la fantasia) que Abdou n'a pas peiné à récupérer de chez les potes dont les pères faisait la fantasia .c'est le bombardement alors! Mais comment allait-il procéder !? là , tout ce qu'il avait appris aux dessins animés était présent. Abdou a poursuivi son père dans la plus inaperçue des filatures que les services secrets du monde ont pratiqué à ce jour. En effet, il ne s'agit que d'un gamin qui suivait son père de loin. Qui se douterait de ce qui se passait à l'intérieur de la petite tête de Abdou…A sa grande surprise voire satisfaction étrange, le dit son père ne porte pas seulement l'uniforme, il ose entrer dans le camp de l'ennemi à savoir la caserne des goumiers.la filature s'est répétée plusieurs fois après quoi, Abdou conclu que l'attaque ne pourrait se faire sur la route de la caserne, bien trop de monde qui saluaient son père dans son allée et retour caserne/ maison…Solution de rechange, bien qu' elle soit dure mais elle est sûre …c'est attaquer l'ours dans sa propre taverne…

Abdou ne sortait presque plus de chez soi, il inspectait les lieux , suivre attentivement les activités du père à la maison , quand ,où, comment dans les plus fins détails…

Ainsi, le père est le premier à rentrer à la chambre à coucher quand à la maman, elle s'attarde à la cuisine pour laver la vaisselle, après quoi, elle passe pour contrôler les enfants, s'ils sont dans leur lit et bien couvert…ils sont tous sages, excepté ce trouble fête de Abdou qui n'est plus dans son assiette , il semblait grandir d'un empan…

Le lieu de la première bataille est fixée alors, c'est la taverne de l'ours, Abdou n'est plus rassuré pour sa mam avec ce double ennemi!

   Le jour est bien arrivé, après la prière de l'Asre (3éme prière de la journée vers 16heures), Abdou passa à l'action. Alors que sa maman nettoyait le blé en le séparant des graines nuisibles et des cailloux en utilisant le crible et "tbag" un récipient artisanal pour l'envoyer ensuite au moulin, Abdou se glissa à la chambre à coucher. Il enleva l'ampoule , l'ouvrit et y plaça un mélange de baroud et de l'explosif des pétards  de façon à ce que l'étincelle crée par le passage du courant lance le bombardement et meut ô toi l'ennemi et rival!!

C'est 18heures et 20 minutes, le père est de retour, Abdou guette impatiemment l'entrée de l'ours à la taverne. Il est agité ému et les narines accentuent leurs mouvements périodiques…et puis , le moment est venu, le père a fait la prière, a pris son diner et se dirigea vers sa chambre à coucher s'attendant à un repos bien mérité …Abdou cessa de guetter, il était plutôt terrifié de ce qu'il allait se passer…et puis , un BOUM pas comme celui des pétards, il avait un autre gout , celui de la vengeance double . l'ampoule en haut au centre de la chambre était suffisamment loin de l'interrupteur mais pas assez pour que le visage du père ne soit tout noir et légèrement atteint. Un hurlement perplexe accompagna l'explosion et des Fatima…Fatima …à moi Fatima ont suivi le hurlement….Et je ne vous dis pas de quelle façon notre Abdou a subi le châtiment…Mais, plutôt, comment il l'a pris et quelles réactions cela a généré chez lui. Tout court, dans la petite tête de Abdou, le châtiment s'est traduit par un continuum d'attentats contre l'ennemi et rival…

 

  A chaque action/vengeance de Abdou, une réaction /châtiment de son père. Et ensuite un acte bien réfléchi et exécuté avec un sang froid par Abdou lui-même qui n'agissait qu'en solitaire. Un thriller pas comme les autres!

 

La cuisine est au fond de la maison, et au fond de la cuisine, il y a une chambre de stock des provisions mensuelles "beit lekhzine". On y accède en descendant d'un pas et en se servant de la lumière de la cuisine. Au plafond, juste au milieu, le crochet de la fête du sacrifice du mouton où on accroche le mouton égorgé pour le laisser sécher pour une journée. Au fond de beit lekhzine, il y avait trois sacs de blé superposés.

Abdou et après longue réflexion, s'est servi d'une longue corde de lin qu'il a nouée autour du sac de blé juste en haut, il a bien aménagé le sac de façon à ce que le moindre geste le fera tomber, ensuite il a fait passer la corde par le crochet de la fête. L'autre bout sous forme d'un nœud qui se serre sous le moindre étirement, Abdou le dissimula en le posant sur un skateboard juste au milieu. Le skateboard a été ensuite placé juste devant la porte de la chambre de stock, là où le père qui détenait les clefs mettra son pied. Abdou ne sortait plus de la maison, il guettait le gibier et le piége.et puis le père fut son entrée tant attendu à la chambre pour poser bien son pied sur le skateboard là où il fallait…le skateboard roula pour emmener le père dans un mouvement horizontal vers les sacs de blé , qui en tombant, tirent la corde qui suit un mouvement reptilien en passant via le crochet et bien sûr en accrochant l'ennemi/rival par le pied au plafond %

 Zaki

Chemaia

21/04/2010

 

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 21:22

Amoureux et Combattant (5)

A chaque action/vengeance de Abdou, une réaction /châtiment de son père. Et ensuite un acte bien réfléchi et exécuté avec un sang froid par Abdou lui-même qui n'agissait qu'en solitaire. Un thriller pas comme les autres!

La cuisine est au fond de la maison, et au fond de la cuisine, il y a une chambre de stock des provisions mensuelles "beit lekhzine". On y accède en descendant d'un pas et en se servant de la lumière de la cuisine. Au plafond, juste au milieu, le crochet de la fête du sacrifice du mouton où on accroche le mouton égorgé pour le laisser sécher pour une journée. Au fond de beit lekhzine, il y avait trois sacs de blé superposés.

Abdou et après longue réflexion, s'est servi d'une longue corde de lin qu'il a nouée autour du sac de blé juste en haut, il a bien aménagé le sac de façon à ce que le moindre geste le fera tomber, ensuite il a fait passer la corde par le crochet de la fête. L'autre bout sous forme d'un nœud qui se serre sous le moindre étirement, Abdou le dissimula en le posant sur un skateboard juste au milieu. Le skateboard a été ensuite placé juste devant la porte de la chambre de stock, là où le père qui détenait les clefs mettra son pied. Abdou ne sortait plus de la maison, il guettait le gibier et le piége.et puis le père fut son entrée tant attendu à la chambre pour poser bien son pied sur le skateboard là où il fallait…le skateboard roula pour emmener le père dans un mouvement horizontal vers les sacs de blé , qui en tombant, tirent la corde qui suit un mouvement reptilien en passant via le crochet et bien sûr en accrochant l'ennemi/rival par le pied au plafond %

                           

                          Zaki

                             Chemaia

                             21/04/2010

 

Repost 0